Amine Linganzi

Amine Linganzi est né en Algérie dans une famille de diplomate congolais. A 4 ans sa famille quitte l’Algérie pour s’installer dans le sud de la France. Il sera d’abord recruté par l’As Cannes puis finira sa formation à l’ASSE, où il effectuera ses débuts en professionnel. En 2010, il rejoins la Premier League avec Blackburn Rovers, où il a commencé une descente aux enfers. Amine se livre sans concessions sur sa période de blessures au début de sa carrière. Aujourd’hui Amine évolue en Angleterre en League Two à Swindon. Il a remporté de le titre de League Two avec Portsmouth lors de la saison 2016/17

David Alcibiade

David Alcibiade, une foi à toutes épreuves!

David Alcibiade , né en 1991, entame son parcours de footballeur dans sa ville natale, à l’US Créteil Lusitanos. Dès ses 12 ans, il est sollicité par l’AS Monaco, l’Olympique Lyonnais, le RC Lens, Chelsea et Arsenal. Par choix de proximité familiale, il intègre très jeune l’INF de Clairefontaine et remporte avec la catégorie des 14 ans fédéraux la Coupe nationale des ligues. «Mes parents étaient réticents à l’idée de me voir partir aussi tôt et, surtout, aussi loin de chez eux! Avec le recul, je les comprends, car je n’étais même pas entré dans l’adolescence que je devais déjà quitter le cocon familial. Je suis issu d’une famille chrétienne, et la réaction que nous avons eue en famille a été de remettre cette décision dans la prière, pour connaître la volonté de Dieu. Quelques semaines plus tard, j’ai été invité au concours de l’INF Clairefontaine, que j’ai réussi avec succès!»

Après 3 années à l’INF, il rejoint le centre de formation du LOSC (Lille) en 2007 et joue durant 3 saisons en CFA.

Promis à un bel avenir professionnel, il voit malheureusement sa progression stoppée nettement par une pubalgie, alors qu’il devait signer un contrat pro de 5 ans au LOSC. Cet immense coup dur l’amène à une grande remise en question à propos du sens de sa vie. «Quand tu ne signes pas pro mais que tu signes 2 ans aspirant et 2 ans stagiaire pro, tu redescends de ton nuage et tu ne peux que t’aider de ta famille et de la prière.» Il trouve du réconfort auprès de sa famille et dans la Bible, où il découvre un message d’espérance qui le remet sur pied! «Avant cette période, j’avais décidé de confier ma vie à Jésus et de me faire baptiser. Jésus avait touché mon cœur, je suis devenu moins centré sur moi et ma carrière. Alors en période de blessure tu revois les bonnes priorités. J’ai appris à aimer les autres, notamment mes sœurs, que j’avais négligées à cause du football, .» Fin 2011, il tente sa chance à Nantes et intègre l’équipe réserve des Canaris. Très rapidement, il est lancé dans le grand bain de la Ligue 2, mais il se blesse sérieusement après un quart d’heure de jeu. «Ce soir-là , j’étais très triste, avec un mélange de colère et de désespoir. J’ai remis cela à Dieu et j’ai décidé de lui faire confiance. Car je sais qu’il m’aime et qu’il a des projets d’avenir pour moi. Que ce soit comme pro ou pas, je veux le suivre, car il est Dieu!» Après 2 mois de soins, il rejoue avec les pros en Coupe de France! Il réintègre ensuite l’équipe réserve et évolue encore aujourd’hui en CFA, s’entraînant occasionnellement avec l’équipe pro. Réputé solide défenseur et doté d’une belle technique, il fait figure d’ancien parmi les jeunes pousses de la CFA du FC Nantes et prend avec sérieux son rôle de «grand frère» au sein de son équipe. Depuis aout 2016, David évolue en Division 3 espagnole à Marbella!A la surprise générale, il effectue on retour au FC Nantes en juillet 2017. Le 19 août, David Alcibiade effectue son premier match comme titulaire en Ligue 1 contre Troyes. Ce soir là, il délivre même une passe décisive qui donne le but de la victoire à son équipe. Une belle manière de relancer sa jeune carrière et d’avoir le droit à un bel article dans le journal L’équipe!

Retrouvez David Alcibiade dans le documentaire « Hors je » disponible en DVD

John Bostock

Témoignage de John Bostock, évoluant au RC Lens depuis juillet 2016!

«Mon rêve était de devenir footballeur pro. J’étais totalement focalisé vers cet objectif. Le rêve est devenu réalité vers l’âge de 15 ans, avec Crystal Palace.» En 2007, John Bostock bat deux records: il est le plus jeune à jouer en Premier League et, quelques jours après, le plus jeune à être titulaire en Premier League. «Vers la même période, ma sœur, qui était une rebelle, a complètement changé. Je la voyais rayonnante et souriante. Je la sentais différente. Je lui ai demandé ce qui s’était passé, et elle m’a répondu: ‘John, je suis devenu chrétienne! Je vis pour Jésus.’ J’étais tout retourné: qui était ce Jésus qui pouvait changer des vies? Plus tard, elle m’a invité à l’église. Je ne me sentais pas à l’aise à l’idée d’y aller!

j’ai grandi à Londres dans une famille non croyante.

Cependant, je voulais voir de mes propres yeux ce que ma sœur avait expérimenté. Du coup, pour la première fois de ma vie, je suis allé à l’église. J’ai entendu l’Evangile, et le Saint-Esprit m’a convaincu de mon état de pécheur. Je suis tombé sur les genoux et j’ai pleuré. J’ai découvert que ce Jésus était réel et qu’il était mort sur la croix pour me donner une nouvelle vie et m’offrir le pardon de Dieu. A partir de ce jour, mes motivations ont changé. A l’âge de 17 ans, j’ai dû prendre position face aux pressions de joueurs qui voulaient que je regarde des films pornos dans le car lors des déplacements. Certains se moquaient de mon style de vie ‘façon Jésus’, ce qui n’était pas toujours évident, dans une atmosphère parfois hostile. Ma vie de prière a également changé: certes, je voulais toujours devenir un bon joueur de football, mais je n’étais plus défini par mes performances. Avant, je priais pour que Dieu m’aide à marquer un but! Désormais, ma prière est: ‘Peu importe que je marque, que je gagne ou que je perde, ce qui m’importe, c’est de vivre le message de Jésus: Aime ton ennemi, aime ton prochain et aime Dieu.’ Je vois ma vie et ma carrière comme un don que j’utilise pour rendre gloire à Dieu!

Etre chrétien, ce n’est pas lever les mains au ciel après avoir marqué, c’est suivre Jésus tous les jours de la vie en obéissant à sa Parole et en aimant les autres!»

Palmarès:

champion de Division 2 belge avec Louvain en 2015

élu meilleur joueur de Division 2 belge avec Louvain en 2015

Pour aller plus dans votre cheminement spirituel, commandez le livre « Au delà de la victoire » avec le texte biblique du Nouveau Testament inclus!

Au-dela-Victoire

Nouveauté 2017, enregistrée avant le tragique trash de l’équipe brésilienne de Chapecoense

Eyong Enoh du Standard de Liege

Eyong Enoh, le lion sage et indomptable!

Dans tous les clubs où Eyong Enoh est passé, il s’est imposé en leader! Il fait partie des joueurs d’expérience du Standard de Liège. Depuis 2009, il joue en équipe nationale du Cameroun avec laquelle il a disputé le Coupe du Monde en 2010 et 2014. Découvrez le parcours de celui qu’on appelle dans le vestiaire « le sage » ou encore le pasteur de Scléssin à Liège!

Palmarès :

Champion des Pays-Bas avec Ajax d’Amsterdam en 2011 et 2012

Vainqueur de la Coupe des Pays-Bas avec Ajax d’Amsterdam en 2010

Vainqueur de la Coupe de Belgique avec le Standard de Liège en 2016

 

Paul-Jose Mpoku

Paul-José Mpoku

«J’étais une personne turbulente. Je me montrais parfois méchant, impoli, et j’étais arrogant. Réussir très tôt dans le football n’a pas contribué à améliorer mon caractère, mais quand je jouais à Tottenham, à l’âge de 16 ans, je me suis lié d’amitié avec un coéquipier: John Bostock. Il n’avait pas grandi dans une famille chrétienne, contrairement à moi qui ai grandi dans une famille catholique. J’allais à l’église quand j’étais petit. Comme il y a eu un changement dans sa vie, je l’ai suivi à un événement de son église où j’ai été touché par le message.» Paul-José a quitté le nid familial à 16 ans pour rejoindre l’Angleterre où il a vécu avec son cousin. «C’est lui qui m’a aidé à m’adapter à la vie là-bas, à parler anglais. Pendant les fêtes de Noël, je suis rentré en Belgique et on nous a annoncé la mort de mon cousin. A ce moment-là, j’ai commencé à pleurer et à me poser beaucoup de questions: ‘Pourquoi lui? Pourquoi la mort? …’ Le seul qui a su répondre à mes questions et transformer mes pensées, c’est Jésus! Du coup, le 31 décembre 2009, au lieu d’aller en boîte de nuit, je suis allé à l’église avec John Bostock et, depuis, je passe chaque nouvel an avec Jésus. Il a changé toute ma vie, ma manière de penser, de parler, de me comporter. Aujourd’hui, je suis marié, grâce à Dieu, à une femme merveilleuse: Mélissa! Comme la Bible dit si bien dans les Proverbes: «Celui qui trouve une femme a trouvé le bonheur.» Sans Jésus, ma vie n’a pas de sens. Je n’ai qu’une motivation aujourd’hui: rendre gloire à Dieu sur les terrains de football et dans tout ce que je fais

Palmarès:

vice-champion de Belgique en 2014 avec le Standard de Liège

A l’occasion du match France-Suisse du 19 juin, retrouvez le témoignage vidéo de Paul-José Mpoku dans les coulisses du Standard de Liège! (Disponible aussi dans une autre version plus longue dans le documentaire « Hors Je »)

Pour aller plus dans votre cheminement spirituel, commandez le livre « Au delà de la victoire » avec le texte biblique du Nouveau Testament inclus!

 

Au-dela-Victoire

Terence Makengo

Découvrez le témoignage vidéo de Terence Makengo !

Formé à l’INF Clairefontaine puis à l’AS Monaco, Terence Makengo est le plus joueur de l’histoire du club à signer un contrat pro à l’âge de 16 ans. A 23 ans, il a déjà disputé 70 matches de Ligue 2! «J’ai signé mon premier contrat pro à 16 ans, j’étais le chouchou du club, tout était parfait. J’ai gagné très tôt beaucoup d’argent et découvert le ‘bling-bling’ monégasque, les filles, les belles voitures, les mauvaises fréquentations… Il y avait aussi beaucoup de jalousie vis-à-vis de moi. J’ai eu des moments difficiles avec des blessures musculaires à répétition. Il m’est arrivé d’être triste, mais je le gardais pour moi. J’ai grandi dans une famille chrétienne où j’aimais échanger avec mes parents sur la foi. Cependant, en partant à Monaco, je me suis éloigné de Dieu; je lisais moins la Bible. Mes parents ont toujours été une source d’encouragement malgré les moments difficiles! Je n’étais pas heureux au fond de moi. J’avais l’image d’un Dieu fonctionnant au mérite: je devais faire toutes sortes de choses pour qu’il m’aime et, comme je ne les faisais pas toujours, il ne m’aimait pas! Après la finale de la coupe Gambardella remportée avec l’AS Monaco, j’ai eu une discussion avec un ami pasteur de notre famille. Son discours m’a percuté: ‘Dieu t’aime de tout son cœur, il t’a donné un don pour que tu l’honores!» Je n’avais jamais vu le football comme un don de Dieu. En mars 2013, alors que j’étais prêté à l’AJ Auxerre, j’ai dû être opéré du genou. Pendant ma période de convalescence, j’ai beaucoup cogité sur ma vie! Je ne manquais de rien, mais je n’étais pas totalement heureux! J’ai repensé à ce que m’avait dit le pasteur et je me suis posé des questions: ‘Ai-je vraiment un don? Pourquoi, alors, est-ce que j’en suis là?’ Puis j’ai commencé à lire la Bible, à écouter des sermons… Lors de l’été 2013, j’ai décidé de donner ma vie à Jésus et de me faire baptiser. Il m’a pardonné de mes péchés. C’est de loin la meilleure décision de ma vie! Alors qu’au football, ça marchait moins bien pour moi, j’avais la joie et la paix au fond de moi. Mes désirs et mes pensées ont changé, par rapport aux plaisirs de notre société. Aujourd’hui, les tentations et les épreuves, je peux les affronter sereinement et dans le calme, car je vis avec un grand Dieu. J’aime méditer sa Parole et le laisser me guider dans mes choix quotidiens. J’ai l’assurance que Dieu a un plan merveilleux pour moi! J’aime Jésus de tout mon cœur

Palmarès:

vainqueur de la Coupe Gambardella 2011

Pour aller plus dans votre cheminement spirituel, commandez le livre « Au delà de la victoire » avec le texte biblique du Nouveau Testament inclus!

Au-dela-Victoire

Oscar Ewolo

Témoignage d’Oscar Ewolo « J’ai grandi dans une famille de 7 enfants. Lorsque j’étais enfant, nous allions à l’église, mais cela n’avait pas réellement d’importance dans notre vie. Ma mère et mon père ne connaissaient pas Dieu, ce n’était pour eux qu’une religion sans que ça n’influence le reste de leur vie. Nous étions une famille très unie, mais alors que j’avais 14 ans, mon père est mort et le bel équilibre de notre famille a volé en éclats. Il y avait un vide dans la famille marqué par l’absence de mon père, de son charisme, et ce vide, petit à petit, nous a tous détruits, chaque membre de la famille. Nous souffrions tous en silence, isolés dans notre douleur, et à cette souffrance nous cherchions des solutions, des réponses pour la fuir ou la résoudre. Ma soeur voulait se suicider, ma mère pleurait beaucoup. Elle ne voulait pas nous montrer sa souffrance mais j’ai su après qu’en ces temps-là, elle buvait avant d’aller se coucher pour parvenir à dormir. J’étais donc un adolescent très mal en moi, perdu, sans autorité parentale et sans repère. Je faisais ce que je voulais. Un jour, quelqu’un est venu chez nous et a dit à ma mère que Jésus pouvait faire quelque chose pour elle. Il lui disait que Jésus pouvait lui donner une espérance et guérir toutes ses souffrances. Elle l’a écouté sans être d’accord avec ce qu’il lui disait. Mais elle a commencé à lire la Bible, car cette discussion la faisait s’interroger. Petit à petit, la foi est née dans son coeur, et elle a décidé de croire que la Bible et ce que cet homme lui avait dit, étaient vrais. Elle a choisi de placer sa confiance en Dieu et d’accepter cette espérance et cet amour que Jésus lui proposait au travers de ses lectures de la Bible et des Evangiles. Elle était complètement transformée ! Je ne comprenais absolument pas ce qu’il se passait dans sa vie, je pouvais simplement voir qu’elle n’était plus la même. Elle priait tout le temps. Le soir quand je rentrais très tard de boîte de nuit, je pouvais voir de la lumière dans sa chambre. Elle priait. Elle priait pour que ses enfants puissent découvrir Jésus. Elle a ensuite mis en place un moment de prière pour toute la famille, avec ses sept enfants. Mais moi je ne voulais jamais y aller et je trouvais toujours une bonne excuse : « j’avais l’entraînement le lendemain, il fallait que j’aille me coucher », et ainsi de suite. Ma grande soeur s’est convertie, puis ma petite soeur. Mon petit frère commençait à aller à l’église, et c’est à ce moment là que ma soeur m’a donné une Bible, le 15 avril 1998. Plusieurs mois sont passés, et en septembre, j’ai commencé à la lire. Je ne voulais toujours pas aller à l’église mais quelque chose commençait à se passer en moi. Quand je faisais des choses un peu douteuses, que je savais contraires à ce que je pouvais lire dans la Bible, je me sentais mal. Le 31 décembre 1998, pour démarrer l’année, j’ai pris la décision d’aller à l’église. C’était difficile pour moi d’y aller, je devais prendre le train. Ce soir-là, j’ai croisé mes copains qui allaient en boîte. Ils m’ont demandé où j’allais, ce que je faisais, et m’ont proposé de les accompagner. Une lutte a alors commencé en moi, j’avais vraiment envie de suivre mes copains ! Mais j’ai décidé de tenir ferme et d’aller à l’église. Lorsque je suis arrivé à l’église, j’ai été profondément bouleversé par l’amour qui y était manifesté, l’amour des gens entre eux : ils aimaient la vie ! Le prêche aussi m’a beaucoup touché, il était écrit pour moi. Le pasteur parlait du passage dans Matthieu qui dit qu’ « il n’y a que les violents qui s’emparent du Royaume de Dieu”. Il prenait l’exemple de lycéens qui veulent avoir le bac mais qui n’ouvrent jamais un livre. Et il expliquait que Dieu, dans ce passage, nous invite à nous donner les moyens d’atteindre le but qu’il a pour nous. Il nous demande d’ouvrir le Livre, la Bible, et de prendre position. J’ai compris que je devais faire un pas vers Lui et qu’il me donnerait la capacité pour accomplir ce qu’il voulait dans ma vie. J’ai fait ce pas, et du jour au lendemain, j’ai tout stoppé : les filles, les boîtes, tout ce que je faisais pour essayer de trouver un petit plus à ma vie, car j’avais trouvé quelque chose de beaucoup plus fort, l’amour au-delà de tout. J’avais compris que Dieu avait changé mon coeur, je lui ai confié ma vie, et ma vie a été transformée dans tous les domaines. Je ne dis pas que tout est devenu facile, mais dans les moments difficiles, je savais que Dieu était là et que je pouvais compter sur lui. Juste avant d’accepter Jésus, je montais en puissance au niveau du foot, je devenais de plus en plus fort. Juste après avoir accepté Jésus, tout s’est écroulé. J’ai eu une grande blessure qui m’a éloigné longtemps loin des terrains. Je ne comprenais pas trop pourquoi Dieu permettait ça, je lui demandais dans la prière : “Pourquoi ? J’abandonne tout pour toi. Je n’arrête pas de parler de toi, mais regarde, les gens voient juste que je suis blessé.” Plus rien ne marchait dans ma carrière, et tout le monde en parlait, les médias, les gens autour de moi. Malgré tout cela, j’étais confiant, car dans ces moments d’épreuve, de blessure, je savais et je sais que Jésus est là et est au-dessus de tout. A ce moment-là, j’ai compris que Dieu me demandait encore plus, il voulait que je le mette en premier dans ma vie. Il voulait prendre toute la place et pas seulement 99% pour lui tout en gardant 1% pour le foot. Dans ce temps de blessure, j’ai eu plus de temps seul avec Dieu et j’ai pu grandir dans ma foi. Au bout d’un an, j’ai compris que si je le mettais à la première place, il utiliserait mon travail. Dès que j’ai compris cela, j’ai été sélectionné dans l’équipe nationale alors que je ne jouais même pas en club. J’ai fini parmi les 18 meilleurs joueurs de la CAN en 2000. Dans les moments difficiles, je retiens ce verset des Psaumes 23 « Quand je marche dans l’ombre de la mort, je ne risque rien, car tu es avec moi… » Tout homme passe par des moments de détresse (par la vallée de l’ombre de la mort), que l’on croit en Dieu ou pas. Mais quand on accepte Jésus dans sa vie, on a toujours cette assurance, même dans ces moments-là, qu’il est là, qu’il est notre ami et que nous pouvons compter sur lui. Faire confiance est différent de croire. Vous pouvez simplement croire en Dieu, mais ce que Dieu attend de nous, c’est de lui faire confiance dans ce qu’il nous demande.Jésus est la star des stars. Je fais un travail qui me permet d’avoir tout, argent, popularité, mais je peux vous garantir qu’appartenir à Jésus et incomparablement mieux que tout cela. Au foot, j’ai été transféré d’une équipe à une autre et c’est toujours gratifiant de voir qu’un club est prêt à payer pour vous racheter à un autre et pour que vous jouiez pour lui. Ce qui est encore plus extraordinaire pour moi, c’est que Dieu a payé beaucoup plus pour me transférer dans son équipe. Il a donné son fils unique afin que je puisse faire partie de son équipe. Et maintenant, c’est toi qu’il veut sélectionner. Et crois moi, c’est formidable, car dans cette équipe, quoiqu’il t’arrive, tu es sûr de pouvoir remporter la victoire, et que jamais tu ne seras mis sur la touche.« 

Pour aller plus dans votre cheminement spirituel, commandez le livre « Au delà de la victoire » avec le texte biblique du Nouveau Testament inclus!

Au-dela-Victoire

Aurelien Collin

Né en 1986 à Enghien-les-Bains, Aurélien Collin a un parcours de footballeur atypique, marqué par une grande instabilité. Avant son départ aux USA en 2011, il a ainsi évolué dans de nombreux championnats européens. Formé au Stade de Reims, il joue pour Sedan et Amiens avant de rejoindre le club espagnol de Majorque. Puis, il part en Ecosse, en Grèce et au Portugal, avant de quitter le «vieux continent» pour intégrer la MLS et l’équipe du Sporting Kansas City. Rapidement, il s’y impose comme titulaire indiscutable. En 2013, il est même élu MVP (meilleur joueur) de la finale de la MLS Cup qui opposait son équipe à Real Salt Lake. Il inscrit à cette occasion le pénalty victorieux, offrant la Coupe au Sporting Kansas City. «Le soir de la finale gagnée, qui devait être le plus beau jour de ma vie, je me suis retrouvé tout seul et j’ai ressenti un vide dans mon cœur; je n’étais pas heureux! J’ai senti que Dieu me disait: ‘Si tu veux être heureux quels que soient les résultats et les circonstances de ta vie, tu as besoin de moi!’» Quelques mois avant cette finale, Aurélien a commencé à étudier la Bible avec un pasteur. Il décrit ainsi son cheminement: «J’éprouvais une envie au fond de moi; j’avais tout connu dans le football, la célébrité, les femmes, et mon bonheur était défini par les performances lors des matches. Je savais que je ne menais pas une vie saine. Cette remise en question m’a dirigé vers l’église. Par l’intermédiaire de celle qui est devenue ma femme, j’ai découvert les églises protestantes évangéliques, moi qui étais catholique non pratiquant. J’avais soif d’en apprendre plus sur Dieu! J’ai demandé à un pasteur de l’aide pour me guider dans la lecture de la Bible. La Bible est le livre de la vie, et j’ai commencé à apprendre à vivre! J’ai découvert en Jésus ce qui définit le mieux l’amour! Il a comblé le vide qu’il y avait dans mon cœur! Que je gagne, que je perde, aujourd’hui je suis heureux, et je suis rempli de l’amour de Dieu

Aujourd’hui, Aurélien Collin évolue aux New-York Red Bulls, après avoir évoluer à Orlando aux cotés de l’ancien ballon d’or, Ricardo Kakà dont vous pouvez retrouver le témoignage ici!

Palmarès:

champion de football MLS 2013 et MVP de la finale avec Kansas City

A partir du 10 juin à l’occasion du match d’ouverture France-Roumanie, retrouvez l’intégralité du témoignage vidéo d’Aurélien Collin tiré du DVD « Hors Je » et aussi disponible dans le livre « Au delà de la victoire » !

 

Pour aller plus dans votre cheminement spirituel, commandez le livre « Au delà de la victoire » avec le texte biblique du Nouveau Testament inclus!

Au-dela-Victoire

Lucas Moura du PSG

Lucas Moura prochainement en ligne! Restez connectés et vous découvrirez prochainement le témoignage de Lucas Moura!

Footballeur brésilien, né en 1992, ayant évolué aux Corinthians et à Sao Paulo avant d’arriver en 2013 au PSG. A 19 ans, il rejoue l’équipe nationale du Brésil avec laquelle il a déjà obtenu 34 sélections dont 7 en compétition officielles!

Palmarès :

4 fois Champions de France avec le PSG de 2013 à 2016

3 fois Vainqueurs de la Coupe de la Ligue avec le PSG de 2014 à 2016

2 fois Vainqueurs de la Coupe de la France avec le PSG en 2015 et 2016

Finaliste des Jeux Olympiques de Londres en 2012 avec le Brésil

Vainqueur de la Coupe des Conférations en 2013 avec le Brésil