Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de vous retrouver pour ce nouvel édito “un regard chrétien sur le monde du sport”

Les Herbiers contre le Goliath PSG

Vous avez sûrement entendu parler ces derniers jours de la finale historique de la Coupe de France de football entre le petit poucet Les Herbiers et l’ogre Parisien du PSG. C’était à la UNE de tous les journaux : une histoire que les médias adorent raconter : les “petits” footballeurs amateurs du club vendéen affrontant les stars internationales et millionnaires du PSG ! Un rapport de force a priori totalement inégal, mais qui sait ? Dans le football, on dit bien que tout est possible !!

Il n’en fallait pas moins pour que les commentateurs et journalistes sportifs désignent ce choc comme celui de David contre Goliath. C’est intéressant de voir le nombre de scènes sportives illustrées à partir d’histoires bibliques. Nous aimons dire que tel attaquant a crucifié le gardien de but, que tel joueur a été le messie ou le sauveur du match ou encore que cette équipe est ressuscitée en revenant de nulle part.

Le match David contre Goliath

L’ancien président du Conseil Général de Vendée Philippe De Villiers a également poussé la comparaison en évoquant le duel entre le terroir bien français et le Qatar Pétrodollar ! Jamais avare de symboles citoyens, il sous-entendrait ainsi un affrontement entre une Vendée catholique bien de chez nous et un Qatar PSG aux accents fortement musulmans. Peut-être est-ce un pas de trop dans l’interprétation que je ne franchirais pas ! Dans tous les cas, nous voyons que la limite entre analyse objective et caricature est ténue et c’est bien là le danger avec de telles comparaisons comme David et Goliath encore plus lorsque nous sortons cette histoire de son contexte biblique : nous basculons trop souvent dans des généralités qui amènent à un combat idéologique au pire inutile, et au mieux largement biaisé.

D’une part parce que le PSG, n’en déplaise à Philippe De Villiers, a dans son effectif un nombre très important de joueurs qui se revendiquent chrétiens comme Thiago Silva, Neymar ou encore Cavani alors que l’équipe des Herbiers a sûrement en son sein des joueurs de confessions musulmane.

Absurde vous avez dit?

D’autre part parce que les raccourcis de ce type mènent à des conclusions tirées par les cheveux, comme les journalistes de Canal+ l’avaient fait dans le documentaire “Jésus Football Club” argumentant en fait que les Qatari participaient finalement à l’évangélisation et la construction d’églises en payant des joueurs chrétiens au PSG qui renversaient eux-mêmes des dons à leurs paroisses.

En fait, utiliser dans le cadre de ce match la comparaison entre David contre Goliath sous-entend in fine que la victoire potentielle de David contre le géant Goliath est utopique, contrairement au récit biblique. D’ailleurs, le 8 mai dernier, la victoire miraculeuse n’a pas eu lieu malgré une valeureuse équipe des Herbiers… le PSG a remporté sa 12ème coupe de France, sa 4ème consécutive, faisant ainsi respecter son rang.

Souvenirs du Bayern Munich

Cette comparaison hâtive entre David et Goliath à des fins sportives me rappelle l’anecdote du footballeur professionnel Gilles Yapi Yapo, qui a vécu la même histoire avec son club Suisse du Fc Bâle. Ce dernier jouait contre le géant Bayern Munich en Ligue des Champions en 2012. Après avoir gagné 1 à 0 à domicile à la surprise générale, les dirigeants suisses avaient préparé des sous-maillots avec le slogan Sois David !, afin de communiquer un élan de motivation supplémentaire pour gagner chez le géant allemand ! Malheureusement, cela n’a pas suffi : le Bayern a écrasé ses adversaires lors du match retour, sur le score sans appel de 7 à 0.


“N’est pas le roi David qui veut !” C’est ainsi que Gilles Yapi Yapo, jouant côté suisse et fervent chrétien, voulut donner un éclairage historique particulier : il expliqua que David avait été désigné futur roi par onction divine et avait un but bien plus grand qu’une simple victoire lors d’un match de football! :David était appelé à libérer un peuple entier d’une oppression tyrannique, du règne de la peur. On voit bien que dans le contexte, la comparaison ne tient plus : le Dieu de la Bible est le Dieu de l’impossible quand il s’agit de la libération d’une oppression, la libération des vies et de manifester sa gloire et sa grandeur ! Alors si une victoire des Herbiers avait été à l’ordre du jour dans le plan divin, afin que des gens se tournent vers Christ suite aux prières des Vendéens, ce miracle aurait assurément eu lieu, non pour la gloire des hommes mais pour la gloire de Dieu. Cette question fera d’ailleurs l’objet d’un autre article prochainement sur notre site..

 

Le geant est tombe!

Toutefois, le miracle du géant qui tombe est encore possible aujourd’hui ! Il y a plus de 2000 ans, Jésus a fait tomber le Goliath symbolique de la mort, en triomphant du péché grâce à son sacrifice sur la croix pour nos iniquités. Aujourd’hui, ceux qui placent leur confiance dans le sauveur Jésus-Christ connaissent le résultat final de la vie : la victoire leur est assurée car Jésus est vivant, ressuscité et nous prépare une demeure éternelle auprès de Dieu ! De cette perspective, le score est effectivement sans appel !

Comme disait l’apôtre Paul aux Corinthiens : “O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ !

Notre géant, le péché, qui nous séparait d’une relation intime avec Dieu a été vaincu, et c’est à nous de saisir cette vérité : c’est tout de même sacrément plus réconfortant qu’une simple victoire footballistique !!

 

Ecrit par J.T & J.D